Sist'Eure-oser-vivre-ses-reves
Mon super défi : 30 portraits de femmes inspirantes, Rencontres d'ici & d'ailleurs

Oser Vivre ses Rêves à la Quarantaine, Les Sist’Eure | Portrait #9

Le temps passe si vite. Entre notre rôle de femme active, la famille, les amis et nos diverses activités, prend-on suffisamment de temps pour nous ? S’octroye t-on le droit de vivre nos rêves ?

Lorsque j’ai eu connaissance du projet des Sist’Eure, j’ai tout de suite eu envie de vous présenter le super défi qu’elles se sont lancées. Leur portrait fait écho au fameux passage de dizaine (ou plutôt au changement de décennie). Vous savez : celui qui nous pousse aux questionnements. Suis-je capable de me dépasser ? Ai-je encore l’âge de me lancer dans de grands projets ? L’aventure des Sist’Eure est un formidable stimulant de vie que je vous laisse découvrir.

 

 

1/ Bonjour les Sist’Eure, pouvez-vous vous présenter afin que les Merveilleuses Jacquelines vous découvrent ?

Bonjour Les Merveilleuses Jacquelines. Nous sommes deux sœurs : Delphine 39 ans et Aurélie 43 ans. Originaires de Vernon (27), nous avons grandi entre la Normandie et la Martinique ; ce qui nous a sûrement donné le goût des voyages dès notre plus jeune âge.

Nous sommes deux femmes très actives, tout le temps en train de courir entre la vie professionnelle et nos rôles de mamans.

Delphine, dis-nous en plus sur toi

Commerciale en solutions de publicité, je suis toujours sur la route et au téléphone.
Une fois la voiture garée et le téléphone en mode avion, je retrouve ma famille : Erwan mon PACSou, mes deux garçons plein de vie (Malo, 12 ans, Pierre, 7 ans), et Pollie, le poisson rouge. J’aime voyager, écouter de la musique, danser toute seule en chantant très fort, et passer des moments en famille.

Et toi Aurélie ?

Je suis responsable d’un planning de production dans l’industrie cosmétique.
Une fois sortie du travail, c’est avec Yannick, mon conjoint et Valentin mon petit prince de 5 ans que je me ressource. Le cocon familial est ma bulle d’oxygène. C’est ce qu’il y a de plus important à mes yeux. J’aime les voyages, la photographie la musique et les moments passés en famille.

Nous avons grandi dans une famille classique et modeste

Depuis toujours, nous sommes complices et complémentaires. Nous avons appris à nous serrer les coudes dans les difficultés (divorce de nos parents, maladie et décès de notre petite sœur, endométriose d’Aurélie…). Il n’est pas rare que l’une finisse la phrase de l’autre ou dise le même mot que l’autre en même temps, au point qu’on se nomme nous-même « half-brain » (moitié de cerveau). Un peu dépassées par le temps qui passe, nous ne nous voyons pas autant que nous le souhaitons. Et nous nous sommes éloignées l’une de l’autre, malgré nous, ces dernières années.

 

2/ Je crois savoir que vous vous êtes lancées un super défi. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Effectivement, nous nous sommes lancées un défi : participer au « Trophée Roses des Andes 2021 ».
L’idée de ce projet a germé dans la tête de l’une de nous deux. L’approche d’une dizaine donne envie de faire des choses qui ponctuent une existence, de réaliser ses rêves. L’idée d’un Rallye solidaire est venue assez naturellement.

Les petites craintes et appréhensions du départ (partir au bout du monde sans nos familles, être novice en pilotage et orientation, réunir un budget…) n’ont jamais fait le poids face à l’excitation de vivre une telle aventure !!! Ce Projet est vite devenu Notre Projet. Et nous voilà inscrites au « Trophée Roses des Andes 2021 » !

 

3/ Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Sist’Eure en Argentine Issu de la plus pure tradition des rallyes-raids africains, c’est un Rallye 100% Féminin qui se déroulera en Argentine du 27 avril au 8 mai 2021. A bord d’un 4×4, l’objectif est de rallier l’étape du jour uniquement à l’aide d’un road-book, d’une carte et d’une boussole tout en respectant les contrôles de passage.
C’est une course où la notion de vitesse n’est pas retenue. Seuls le kilométrage et le franchissement sont à la base du classement.
Cette course dure 6 jours. Chaque journée est ponctuée d’une étape d’orientation et de franchissement ainsi qu’une étape marathon finale avec une nuit en autonomie. Seules…avec les étoiles, notre tente et notre 4×4 pour clore cette aventure.

En bref, 2 500 km dans l’Altiplano et le Grand Nord-Ouest Argentin avec des paysages à couper le souffle.

 

4/ En quoi ce projet est-il important pour vous ? Pourquoi avoir décidé de vous lancer dans une telle aventure ?

Ce projet est important car nous y  voyons un fabuleux moyen d’accomplir un rêve à travers une aventure solidaire et humanitaire. Il nous permettra de vivre un moment unique entre sœurs et de se retrouver dans les belles choses de la vie.

Ce challenge s’impose aussi comme une ambition : offrir une valeur davantage utile et humanitaire à cette performance, tout en valorisant la place des femmes dans les sports mécaniques, habituellement réservés aux hommes.

Par ailleurs, « Le Trophée Roses des Andes » soutient plusieurs associations dont l’Association enfants du Désert qui vient en aide aux enfants d’Argentine. A chaque édition, Les Roses viennent en aide aux associations locales qui s’occupent d’enfants handicapés (notamment par l’équithérapie) grâce à des dons financiers et matériels.

Challenge, engagement, solidarité, dépassement de soi sont les facteurs primordiaux de notre engagement pour ce Rallye.

 

4/ Ce rallye-raid se déroulera dans un an, que vous reste t-il à faire et de quoi avez-vous besoin pour vivre votre rêve ?

La réussite de ce projet dépend de notre capacité à réunir la somme d’argent nécessaire à notre inscription, notre équipement et notre sécurité sur place. Nous sommes au début de l’aventure et devons réunir l’intégralité de la somme, soit +/- 25 000 €.

Sist’Eure en Argentine Pour cela, nous avions défini plusieurs axes. Malheureusement, la situation sanitaire actuelle a remis en cause beaucoup de nos actions prévues (marchés, expos, salons, rencontres en entreprises…). Nous avons donc été obligées de nous réinventer et de favoriser les relations virtuelles.

La priorité a donc été mise sur la création de nos pages Facebook, Instagram (elles nous permettent de nous faire connaître et de véhiculer les news des Sist’Eure) ainsi que sur la création d’une cagnotte en ligne sur laquelle, quiconque croit en notre projet et souhaite nous aider, peut contribuer. Le montant est libre et nous proposons des contreparties. Bien entendu, il n’y a pas de petit don !
Nous réfléchissons aussi à la création d’un site de vente en ligne (goodies, objets fabriqués par nos soins…).

 

5/ Quel message souhaitez-vous transmettre aux Merveilleuses Jacquelines qui n’ont pas encore osé réaliser leurs rêves les plus fous ?

Chères Merveilleuses Jacquelines, il nous aura fallu plus ou moins 40 ans pour enfin accepter de penser à nous. Seulement à nous ! Accepter de mettre de côté, pendant 15 jours, nos enfants, nos maris, notre famille, nos amis et nos jobs pour ne penser qu’à une chose : VIVRE ! Une aventure, un rêve, un défi…chacun peut le décrire comme bon lui semble, mais le message profond de cette histoire c’est VIVRE !
Notre rêve n’est pas encore réalisé. Le chemin est encore long avant de nous trouver sur la ligne de départ à Salta en Argentine. Mais si nous devions vous transmettre un message, il serait le suivant :

“Nous, les femmes modernes, aidons-nous les unes les autres. Osons croire en nos rêves…même les plus fous.Et apprenons à être un peu égoïstes. Bref ! Soyons vivantes !”

La vie est courte. Et, comme le disait Nelson Mandela : « Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse ! ». Alors les Merveilleuses Jacquelines, prêtes à vous lancer ? »

 

Merci les Sist’Eure

Quel merveilleux message des Sist’Eure ! Merci de partager avec nous ce grand défi. Vous êtes incroyables ! Je pense que beaucoup se retrouveront dans votre parcours. Et que certain·es se diront : “Et moi ? Quel est ce rêve que je n’ai pas encore osé réaliser ?”

Car, finalement, qu’est-ce qui nous empêche de vivre ce dont nous avons ENVIE ? Nos freins, nos peurs, la vie… Probablement, un mix de tout cela.

C’est en cela qu’Aurélie et Delphine sont Merveilleuses. Elles nous prouvent que tout est posssible. Alors OSONS vivre !

Si leur histoire vous inspire, parlez-en autour de vous, partagez cet article le plus possible et le bouche à oreilles fera le reste.
C’est souvent ENSEMBLE, par la SOLIDARITE, que les plus beaux projets de vie prennent forme.

 

Sist'EureSi vous souhaitez suivre Les Sist’Eure et participer à leur défi de la quarantaine :

 

 

Lien vidéo pour vous plonger dans l’aventure

Retrouvez d’autres portraits inspirants dans la rubrique “Rencontres d’Ici & d’Ailleurs”.

Audrey a su créer les conditions nécessaires à l’accompagnement de son enfant autiste tout en s’accomplissant en tant que femme entrepreneure (elle a notamment créé Blooméveil, un blog pour les parents d’enfants à besoins spécifiques).

Sarah a surmonté un burn-out et s’est réinventée en écoutant ses vraies envies.

Et bien d’autres encore : Sonia, Manon, Valérie…

 

Si tu as aimé l'article, Like-le, Partage-le sur les réseaux sociaux, et n'hésite pas à laisser un commentaire tout en bas de la page.
  •   
  • 195
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    195
    Partages
  •  
    195
    Partages
  • 195
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. Amandine Bertrand a dit :

    Super projet! Et je plussoie : toujours suivre ses rêves, peu importe son âge! (À 25 ans je me pensais trop vieille pour commencer un art martial par exemple…) Les limites ne se trouvent que dans nos têtes!

    1. LaurA a dit :

      Tu as raison Amandine : il faut suivre ses rêves. Quel art martial as-tu débuté ?

      1. Amandine Bertrand a dit :

        Le hapkido, un art martial coréen assez peu connu mais très complet avec beaucoup de self-defense 🙂

  2. LaurA a dit :

    Tu as absolument raison Amandine. Merci pour ton commentaire

Merci de partager ICI tes commentaires bienveillants.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.