coeur confiant
Je vais bien, tout va bien

5 pistes pour garder confiance lors d’un burn-out

Le portrait #4 de mon super défi “30 portraits de femmes inspirantes” illustre comment passer du burn-out à la reconversion. Un vrai travail de résilience. Alors, aujourd’hui, pour aller plus loin, je vous propose 5 pistes pour garder confiance lors d’un burn-out.

Cet article s’inscrit, par ailleurs, dans le cadre de l’événement interblogueurs “Comment garder confiance” que m’a proposé Marie, coach et fondatrice du blog trouver-la-bonne-personne. J’ai accepté son invitation car la thématique me semble totalement en accord avec les sujets et valeurs que nous portons au sein des merveilleuses-jacquelines.

 

C’est quoi un burn-out ?

Selon la récente (2019) définition de l’OMS, le burn-out est “un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès”.

Autrement dit, dans bon nombre d’articles à ce sujet : “le syndrome de burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel est un terme générique désignant un état de fatigue émotionnelle, mentale et physique caractérisé par un manque de motivation et de performance après des mois, voire des années de surmenage et de surenchère”.

Parce que je l’ai vécu, je souhaite vous faire partager une revisite de ces définitions au plus proche de la réalité. La définition de ce que nous vivons lorsque nous sommes foudroyé·e·s par un burn-out.

Peu avant cette situation extrême, le corps nous alerte, nous envoie des signes pour nous dire “Je suis vidé·e. Fais attention, cela n’a pas de sens. Tu nous détruis (sous-entendu le corps et l’esprit) !” 

Littéralement, lorsque le burn-out nous touche, il nous “crame” de l’intérieur. On se sent épuisé·e, vidé·e, dans l’incapacité de réaliser les tâches les plus anodines (se lever, se laver, lire, écrire, etc.). Il ne s’agit pas de la fatigue passagère que nous ressentons tous ponctuellement ni de la lassitude qui peut parfois s’installer. Mais, bel et bien d’un mal qui nous envahit et que notre cerveau ne peut plus réguler. 

 

Les conséquences d’un burn-out sur la confiance

femme-confiance-en-elleVous l’aurez compris, l’épuisement physique et émotionnel conduit très rapidement à une perte de confiance en soi et en l’avenir. D’un coup, tout s’arrête ! La vision même d’un avenir proche disparaît. On se sent terrassé·e, à la fois inutile et impuissant·e.

La confiance en soi reposant sur un sentiment de sécurité intérieur ainsi que sur la valeur que nous nous octroyons (nos capacités

 d’action, de choix, d’adaptation, etc), tout semble anéanti lors d’un burn-out.

Et pourtant. Gardez confiance ! Je vous assure que cela est possible. Il n’existe pas de recette magique applicable à tous, c’est pourquoi je vous propose quelques clés que chacun pourra utiliser à sa guise lorsque cela lui semblera le bon moment.

5 pistes pour garder confiance lors d’un burn-out

1. S’accorder du temps

L’important lorsqu’on traverse un burn-out est d’apprendre à être bienveillant·e avec soi-même. Accepter que le temps est notre allié. Pour retrouver la confiance, il est nécessaire de s’accorder du temps, de se reposer et ainsi commencer à retrouver des forces physiques. En d’autres termes : recharger sa batterie d’énergie.

 

2. Respirer

Respirer est un besoin vital. Pourtant, si l’on y réfléchit bien, bon nombre d’entre nous ne prend plus le temps de respirer convenablement. On passe nos journées en apnée, courant d’une sollicitation à l’autre. Durant mon burn-out, j’ai découvert une technique qui m’était, jusqu’alors, totalement inconnue : la cohérence cardiaque. Mise en lumière par le Dr David Servan-Schreiber, la cohérence cardiaque est une pratique thérapeutique basée sur une respiration rythmée

Le Dr David O’HARE suggère une méthode simple pour commencer à bénéficier de ses effets positifs pour notre santé : la méthode du 365

Le 365 consiste à : 

  • 3 fois par jour
  • respirer 6 fois par minute
  • pendant 5 minutes. 

Ainsi pratiquée, la cohérence cardiaque apporte de nombreux bénéfices parmi lesquels une réduction du stress ou encore une amélioration de l’équilibre émotionnel.

 

3. Pratiquer la méditation

Pour apaiser son mental et favoriser la confiance, la méditation est une excellente aide. Je vous rassure tout de suite : nul besoin d’être en position du lotus pendant 1 heure pour mesurer les premiers effets de la méditation. 

Ses bénéfices sont multiples et peuvent être utiles dans de nombreuses situations comme le démontre la thèse d’Alix VARGAS de FRANCQUEVILLE présentée à l’université de Toulouse. Une étude de l’Université de Californie a, par ailleurs, démontré que la méditation en pleine conscience fait baisser le taux de cortisol, l’hormone du stress. Pratiquée quotidiennement à raison de quelques minutes au début, puis 10 minutes, puis 20 et plus si affinité, elle augmentera la sensation d’apaisement.

 

4. De la nouveauté

Restaurer l’énergie et apaiser son mental sont deux préalables nécessaires avant toute reprise de confiance lors d’un burn-out. A partir de là, de nouvelles étapes peuvent être franchies. 

La première m’ayant permis de reprendre confiance en moi fut de réaliser de nouvelles activités. Étant toujours débordée avant mon burn-out, j’avais peu de temps pour réaliser des activités JUSTE pour moi. Je me définissais donc par mon énergie débordante et mon travail. En effet, j’étais reconnue pour mes compétences professionnelles et ma bonhomie. Lorsque le burn-out est survenu, je me suis trouvée face à un grand vide. En dehors de ce job, y avait-il des activités dans lesquelles je me réalisais ? Evidemment, lorsqu’on perd confiance, la réponse instinctive est NON. 

Pourtant, ayant du temps et aucun objectif à tenir durant le burn-out, je me suis accordée le droit de tester de nouvelles activités (à la hauteur de ma force physique et de mon état de fatigue). Je me suis essayée aux loisirs créatifs. J’ai partagé mes réalisations avec mon entourage. J’ai reçu de jolis compliments ainsi que des demandes de création. Je me suis, par ailleurs, essayé au design de jardin. J’ai changé la décoration de mon jardin, j’ai fait de la récup’, j’ai nettoyé, déraciné, planté, etc. J’ai découvert de nouvelles plantes. Et désormais, je suis imbattable au jeu du petit bac dans la catégorie “plantes et fleurs”. 🤣 

Plus sérieusement, en partageant ces exemples, mon objectif est de prouver qu’en pratiquant une ou plusieurs nouvelles activités, il est tout à fait possible de se sentir fier·e de soi et ainsi de retrouver confiance en ses capacités. Pour que cela fonctionne, il est important de garder à l’esprit qu’il n’y a aucune obligation de résultat ! Chacun avance à son rythme et peut arrêter ou démarrer autant d’activités qu’il le souhaite. L’essentiel est de trouver du plaisir à ce que l’on fait. C’est tout ! Et c’est déjà beaucoup. Vivre pour le plaisir !

5. Ma vie rêvée

Pour garder le cap et parvenir à se projeter dans l’avenir, voici un petit exercice qui est à la fois simple et utile. Pour ce faire, je vous propose de :

  • vous munir d’un carnet ou d’un petit cahier (j’avoue être fan des beaux carnets) ;
  • d’y inscrire en gros et en haut “Ma vie rêvée” ;  
  • de faire deux colonnes : ce que je veux / ce que je ne veux pas (ou plus) ;
  • et de lister tout ce qui vous vient à l’esprit. Je dis bien TOUT. Du plus basique tel que  “je ne veux plus préparer les repas tous les jours pour 4 personnes” au plus remuant comme “je ne veux plus de cette personne toxique dans ma vie” (à ce sujet, je vous conseille vivement l’article “Relation toxique : comment la reconnaître et en sortir”. Vous y trouverez de nombreuses clés pour vous aider), ou encore “je ne veux plus travailler dans les conditions que m’impose mon travail”. 

Le but de l’exercice est vraiment de lâcher prise et de déverser sur ce carnet :

  • tout ce qui vous plaît dans votre vie et que vous voulez conserver ;
  • tout ce qui ne vous plaît pas et que vous souhaiteriez changer ;
  • et tout ce que vous aimeriez tout simplement. 

Ne vous bridez pas. Ne réfléchissez pas à ce qui possible ou pas. Écrivez, c’est tout. Laissez reposer tout cela pendant une semaine ou deux. Ajoutez, détaillez ou éclaircissez certains points si vous le souhaitez au fil des jours. 

jolis carnets gardez confiance lors d'un burn-out

Au bout de deux semaines, reprenez la liste et tentez de trouver les solutions qui pourraient vous permettre de réaliser un maximum d’items de la colonne JE VEUX et de réduire au minimum la colonne JE NE VEUX PAS. Bien sûr, cet exercice est propre à chacun. Il permet de vous donner une vision claire de la vie que vous voulez. Celle que vous avez ENVIE de vivre. Vous verrez qu’avec quelques ajustements, petits et parfois grands, il est possible d’y accéder. 

Je vous mentirai en vous disant qu’il suffit d’écrire pour que cela arrive. Non. Il faut écrire pour faire un diagnostic qui permet ensuite d’AGIR. Dans la vie, nous sommes les acteurs de notre changement. Alors, avec cet exercice, prenez confiance et voyez comme le champ des possibles est grand. Chaque modification aussi petite soit-elle est déjà une victoire.

 

 

 

 

Aussi terrible soit-il, le burn-out peut aussi être une opportunité. Celle de se retrouver et de faire autrement. En acceptant le burn-out comme un signal d’alarme qui appelle au changement, vous pourrez vous poser de nouvelles questions. Bien sûr, les 5 pistes que je vous propose dans cet article sont loin d’être exhaustives. Mais elles ont la vertu de poser les bonnes bases pour avancer. Ayez confiance ! C’est possible ! Vous en avez les ressources !

N’hésitez pas à me laisser un commentaire en bas de page si cet article vous a touché. Et pour garder confiance, découvrez des portraits de femmes très inspirantes dans la galerie Rencontres d’Ici & d’Ailleurs.

Prenez soin de vous. 

par LaurA_merveilleuses-jacquelines.com

Si tu as aimé l'article, Like-le, Partage-le sur les réseaux sociaux, et n'hésite pas à laisser un commentaire tout en bas de la page.
  •   
  • 29
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    29
    Partages
  •  
    29
    Partages
  • 29
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez également aimer...

9 commentaires

  1. Martine a dit :

    Merci merveilleuse Jacqueline d’oser t’ exprimer, (d’accepter) ce burn out et de donner des pistes pour essayer de sortir de ce long et douloureux tunnel. Qui mieux que toi et les personnes victimes du burn out peuvent comprendre et aider à donner des pistes pour guérir, car je dis toujours quand on ne passe pas dans des situations difficiles on ne peut pas savoir ce que c’est. Encore bravo

    1. LaurA a dit :

      Merci Martine,
      J’espère, en effet, pouvoir aider en disant ce que j’ai vécu.
      Merci pour ce chaleureux message.

  2. descourtis michel a dit :

    Bonjour Laure, des aspects importants sont soulevés ci-dessus. Dans la manifestation de ce syndrome. Il peut y avoir un contraste important entre la période que je qualifierais de “surchauffe” (me concernant au cours de laquelle j’avais conservé la performance, au prix d’une fatigue importante), et le séisme que représentent les premiers sympômes d’épuisement. Il est assurément difficile de l’accepter, tant pour soi, que vis à vis de notre environnement. Cette acceptation est primordiale pour emprunter la voie de la guérison.
    Je te remercie pour ces informations précieuses qui nous rappellent que nous devons prendre soin de nous, pour mieux nous consacrer aux autres. Alors je te souhaite de beaux moments.
    Je t’embrasse
    Michel.

    1. LaurA a dit :

      Merci Michel pour ce formidable commentaire. Lui aussi très inspirant. Prends soin de toi.

  3. Morel Mickael a dit :

    Tout d’abord bravo Laure pour ce blog, bravo car cette épreuve est difficile, longue et des personnes ne s’en remettent pas. Bravo pour ce travail et cette envie d’aller de l’avant et de créer à nouveau. Merci d’écrire sur ce sujet qui nous concerne tous, qui aurait pu me concerner car je ne suis peut-être pas passé très loin de ce burn-out suite à une épreuve professionnelle difficile qui m’a fait m’arrêter le travail une semaine alors qu’en apparence tout allait bien. c’était une première pour moi, la durée d’arrêt était à la fois courte mais longue, c’est difficile de s’arrêter alors que physiquement tout allait bien !!! Ca a été le début d’un changement de travail mais surtout d’un changement de projet professionnel, mais surtout de vie. Alors bravo à toi, l’épreuve a été très longue et difficile je le sais, je la suivais de loin avec BB :). Bonne route à toi et en ces temps de covid, prends soin de toi, prenez soin de vous.
    Mickaël M

    1. LaurA a dit :

      Merci beaucoup Mickael. Tes encouragements me vont droit au coeur. Bravo à toi pour ta nouvelle orientation professionnelle. Bravo d’avoir pris cette décision. Prends soin de toi et de ta famille. Et merci d’avoir été aussi proche de BB. Car, dans ces situations, on oublie souvent que le conjoint subit lui aussi cette douloureuse épreuve. Merci l’ami !

  4. Mal vivre son travail, ne pas se sentir à sa place, ne pas trouver de sens à son activité, être épuisée et ne pas voir le bout du tunnel, ce sont des choses très dures à vivre au quotidien.

    Les loisirs créatifs ont également été ma bouée de sauvetage, même si trouver du temps (et de l’énergie) pour soi est un véritable défi !

    J’ai pu également reprendre confiance grâce au livre de Julia Cameron et ses pages du matin : On y fait un véritable travail d’introspection, on y déverse toute notre mauvaise humeur pour lever le voile sur nos véritables aspirations et rêves.

    Bravo pour ton blog, et bonne continuation !

    1. LaurA a dit :

      Merci beaucoup pour tes encouragements à poursuivre le blog. Je n’ai pas beaucoup publié ces derniers temps car je dois prendre soin de moi. Mais, te lire me rebooste. Merci !

    2. LaurA a dit :

      Merci pour tes encouragements Nadège. Pensées positives !!!

Merci de partager ICI tes commentaires bienveillants.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.